L’humanisme contemporain postule qu’un homme vaut homme, une douleur n’importe quelle autre douleur, une dignité chaque autre dignité. Pour citer Sartre : « Tout un homme, fait de tous les hommes et qui les vaut tous et que vaut n’importe qui ». Il n’y aurait ni proche, ni lointain mais un continuum humain.

Le spectacle de l’actualité nous fait expérimenter combien ce continuum connaît des accrocs. Savez-vous ce que les journalistes appellent ironiquement « le mort kilométrique » ? Plus l’agonie est lointaine, moins elle sera retenue. Premier accroc à ce mort vaut un mort. Tout les morts sont-ils au moins égaux face aux kilomètres ?

Non : le touriste français perdu dans la jungle pèse plus que l’ethnie victime d’un génocide dans le pays voisin. Deuxième accroc : ce n’est pas « un homme vaut un homme », mais un français vaut un français, un « les français d’abord » républicainement accepté.

Est-ce tout ? Souvenez-vous de l’actualité récente. Une quinzaine de jours pour que les médias, un mois pour que le président de tous les français parlent de la grève générale en Guadeloupe. Un mort qui ne vaut pas le déplacement d’un ministre. Souvenez-vous du 21 septembre 007 : une femme chinoise sans-papiers croit que la police vient la chercher, saute par la fenêtre et meurt. Un peu d’émoi, aucun effet politique. Quand dans le même quartier – le mien – un an après, un autre sans-papiers trouve la mort dans les mêmes conditions, pour les mêmes raisons, l’émoi ne dépassera guère les pages du Parisien, la mairie d’arrondissement et la classe de ma fille. Souvenez-vous de Guantanamo. Cinq français y étaient détenus. Quelles millièmes d’attention médiatique ont-ils eu par rapport à Ingrid Bétancourt ?

Ce n’est donc pas seulement la distance ou la carte d’identité qui fait l’attention. Alors quoi ? La couleur de peau. Etre des « méchants » - clandestins, islamistes, dangereux syndicalistes – ou des « gentils ».

La philosophe étasunienne Judith Butler pointe que nos conceptions de l’humain sont définies sur des bases ethniques, raciales, ou sur un modèle unique de rationalité. C’est à cette aune que nous faisons entrer ou non dans notre continuum humain les différentes formes culturelles prises par l’humanité.

Que d’accrocs dans le continuum humain : un tissu en lambeaux ! C’est pour cette raison que les luttes des « amoureux au banc public » ou des militants de RESF sont stratégiques. Elles font que es proches transformés en lointains par les accrocs au continuum de l’humain redeviennent des proches, uniquement parce qu’on les connaît comme humain, comme personne, comme personne qui vaut toutes les autres et que toute autre vaut. Cette capacité à construire une conception concrète et inclusive de l’humain est pour Judith Butler la pierre de touche de notre propre humanité.

Derniers ouvrages parus : Au-delà du lesbien et du mâle, la théologie queer de subversion des identités chez Elizabeth Stuart, Van Dieren, 2008 et Vivre Egaux et différents, L’atelier, 2008.