Ce soir aura lieu à Paris un premier cercle de silence. Qu'est-ce qu'un cercle de silence ? Des personnes qui dans un espace public, visible, font un cercle, en silence, prendant une heure ou une heure et demi pour interpeller leurs concitoyens.

Depuis le mois de novembre les franciscains de Toulouse se réunissent ainsi une fois par mois place du Capitole pour dénoncer la situation honteuse que subissent les étrangers dans les centres de rétention. Des initiatices similaires ont été prises par l'Eglise réformée à Marseille, pas des associations notament chrétiennes à Charlevilles Mezières.

A Paris, l'initiative a été prise par des militants du Réseau éducation sans frontières et de la Ligue des droits de l'homme rejoints par des membres de l'Action des chrétiens pour l'abolition de la torture, du Réseau franciscain, de la Mission populaire évangélique, de la Fédération de l'Entraite protestante, du Réseau chrétien immigré et d'autres encore.

Pourquoi à Paris ces personnes se sont retrouvées ? Un texte explique la démarche. Pourquoi ?

Parce que nous avons décidé d'exprimer publiquement notre refus qu'il soit procédé chaque jour en France, par des méthodes que nous pensions appartenir à une époque révolue dont le souvenir est toujours présent à l'esprit des Français, à des arrestations, des mises en centres de rétention, des expulsions de personnes, sous le prétexte qu'elles n'ont pas de papiers en règle ou qu'on les leur a retirés au gré de lois et de circulaires insensées.

Parce que nous refusons que soient prises et appliquées en notre nom des décisions politiques qui broient des familles, des couples, des individus sans titre de séjour mais (on vient de le dire dans le paragr. précédent) qui contribuent pourtant, comme tous les citoyens français, à faire fonctionner le pays et à lui apporter, souvent depuis des années, leur énergie, leur courage, leur créativité.

Parce que nous savons que malgré des combien les conditions de leurs d'existences sont très dures (surexploités par les employeurs et les marchands de sommeil, sans possibilités de se défendre car quasiment sans droits, confrontés aux multiples formes du racisme, et maintenant à la peur…), ces hommes et ces femmes sont réduits p o u rtant à l'impérieuse nécessité de resister, envers et contre tout, car du modeste salaire qu'ils parviennent à gagner dépend souvent la survie de nombreuses personnes, qui elles-mêmes n'ont pas d'autre choix que de compter sur l'argent envoyé par leur parent exilé.

Parce qu’aussi nous refusons l'insécurité dans laquelle l'action des pouvoirs publics plonge l'ensemble des citoyens chaque fois qu'une arrestation, une expulsion, une menace atteignent ses leurs voisins, ses leurs amis, les copains de ses leurs enfants, toutes personnes qui, comme lui tout un chacun, veulent vivre et faire vivre les leurs, aussi décemment que lui-même tente chaque jour de le faire.

Le texte continue avec bien d'autres raisons de se démobiliser.

Le premier Cercle se tiendra vendredi 21 mars, jour du printemps, date symbolique qui exprime la conscience toujours vivante du civisme,et notre certitude que notre voix finira par être entendue. Pour nous chrétiens, ce sera aussi avec le symbole du vendredi saint, persuadé qu'il y aura un lundi de Pâques.

Le cerce de silence aura lieu à 18h30 place du Palais-Royal, M° Palais Royal, devant le conseil d'Etat, garant des fondements du droit de notre société démocratique. J'y serai.